Another novel in the long list of sherif Walt Longmire adventures. Mixing white countryside cop, old colossus native best friend and vietnamian peoples, all lost in the middle of nowhere (or Wyoming, as you want), Another man’s mocassins interrogates about for how long your past run after you and what is confortable : believe basic evidence or always keeping doubt as a headlight ?

Here, Walt Longmire face to a dead corpse of a young asian girl, founded near a dirty native tramp. All looks evident but this dead girl makes some echoes to Walt. A long time ago, as a lot of his friends, he was a soldier, when USA still loosing war in Viet Nam.

The genious of Craig Johnson is not about the subject of his novels but about how he paints the story. Remember me The Sweet Hereafter  (Russel Banks), less sensible but however much specific about how speak of backcountry.

Who ? Craig Johnson

Where ? Penguin Books


Enfants de poussière s’inscrit dans la longue série des aventures du shérif Walt Longmire. Pour tout dire, je ne savais même pas qu’il existait une série de livres mettant en scène ce personnage. Une série a même été tournée et les visuels me laisse pensez que cela aura toute sa place dans un après-midi timoré de Breizh TV.

Passé ces interrogations, ne perdons pas de vue que Craig Johnson est un putain d’écrivain des grands espaces. Les éditorialistes américains parlent de nature writing. A quoi Johnson rajoute la dimension polar. Pour l’essentiel, Enfants de poussière se passe au Wyoming, capitale Cheyenne, ça a son importance. Confronté à la découverte du cadavre d’une jeune femme d’origine asiatique, Walt Longmire va lutter contre les évidences, le corps découvert non loin du squat d’un indien marginalisé, et faire face à son passé militaire au Viet Nam. Craig Johnson mobilise deux dimensions (raciale, des indiens, des asiatiques et des bon bouseux de l’ouest américain et policière puisqu’il s’agit bien d’une enquête) et fait coulisser le tout avec une patte incroyablement pittoresque qui situe les lieux et les hommes avec une justesse qui touche à l’excellence. 

Qui ? Craig Johnson

Où ? A votre avis ?

Un extrait en bonus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s